politique

DEMISSION !

Et de quatre ! Quatrième journée électorale où Cyril Boulleaux est battu dans sa ville (ici).
Puissiez-vous tirer de ces revers électoraux un enseignement.
"Ce qui instruit les sots, ce n'est pas la parole, mais le malheur." Démocrite (Ve siècle avant JC)

Quelle légitimité lui reste-t-il ?

Comme conseiller départemental : aucune !

Il paie le fait d'être resté 5 ans à regarder les vaches passer. J'avais à l'époque analysé son seul et unique bulletin cantonal (ici) et montré que lui et lui seul comptait, j'avais à un autre moment signalé que son canton n'était jamais apparu dans le journal du Conseil général et il n'a pu pendant la campagne électorale se targuer que d'une seule action : l'enveloppe du collège ! Mais il a oublié de dire que cette programmation de travaux n'a bénéficié d'aucune priorité de son fait et qu'elle rentre dans une programmation pluriannuelle de répartition entre tous les collèges de l'Yonne.

Comme maire : aucune non plus !

Il aura beau dire qu'il a été élu pour 6 ans, qu'il a une majorité au conseil, que les décisions sont prises et appliquées, que les passants le félicitent et l'encouragent dans la rue ou sur Facebook, que la Vierge lui est apparue ;

il n'empêche :

  • que ce que j'avais annoncé avant les municipales (ici) est advenu,
  • que 4 tours de scrutin le mettent en minorité (ici),
  • que sa majorité ne tient que grâce au ralliement d'un opposant (ici),
  • que ses réalisations en ville ne sont que des cautères sur des jambes de bois.

Monsieur Boulleaux ci-devant maire, vous qui vous prévalez (twitter du 12 juillet : Tweets 12 07 15tweets-12-07-15) d'une éthique qui serait mal récompensée,

ayez-en jusqu'au bout de l'éthique !

DEMISSIONNEZ

et confiez aux suffrages de vos concitoyens le soin de choisir qui peut maintenant incarner la légitimité municipale.

 

 

CHOIX

Maintenant que le canton se superpose presque à l'identique avec la communauté de commune du villeneuvien, la dernière tentation d'un vote local s'envole. Encore plus qu'en 2011, lors des dernières cantonales, il est nécessaire de s'élever au-dessus du simple vote de défense local vers un vote politique de portée nationale. Pour ma part, il est important de faire barrage à la droite, qu'elle soit extrême, qu'elle soit souverainiste, qu'elle soit décomplexée ou qu'elle soit déguisée sous les oripeaux de la gauche de gouvernement et du nécessaire rassemblement.

A l'heure où les populations de l'Europe souffrent de l'austérité et du libéralisme, il est temps de montrer qu'une autre politique, qu'une autre conception de l'économie et de la démocratie existent.

Comme en 2011, j'apporte mon soutien aux candidats et candidates soutenus par le Front de Gauche et Europe Ecologie Les Verts, c'est à dire, dans le canton de Villeneuve, à Monique Bonnion et Noël Roby.

    

Fgeelv

   

A cette position de fond, ancienne et qui m'a valu les foudres du premier édile, s'ajoutent des considérations plus locales.
Le maire par ses pratiques et ses alliances s'est mis de lui-même en contradiction avec les idées qu'il prétend défendre et a privilégié sa carrière au détriment de ses électeurs. Aucune élection, aussi disputée soit-elle, ne peut être l'occasion de privilégier un candidat bafouant ses engagements ou les valeurs qu'il est censé représenter au prétexte du danger de défaite de son camp ! Un tel vote, dit "utile", n'est que le reniement de ses idées et l'assurance d'un discrédit futur de ses opinions et de ses représentants au profit de candidats se disant hors-système. 
Je m'associe donc au texte de soutien à Monique Bonnion et Noël Roby publié par les élus municipaux dissidents.

   

Front gauche

COMM en panne

Image1

Notre maire, d'habitude si prolixe, ne sait plus que dire et préfère jouer "à guichet fermé" avec la presse radio. C'est une fin de non recevoir qu'a du subir France Bleu Auxerre (le 26 janvier) quand elle a cherché à savoir ce que l'envolée du Franc suisse signifiait pour l'emprunt structuré (pour ne pas dire emprunt toxique) de Villeneuve-sur-Yonne.

L'attitude, bien que timorée, est cependant logique, puisque ni en commissions, ni en conseil, le maire n'accepte le débat de fond, se contentant de répondre sur la forme, sur les recours possiblement envisageables ou sur "l'excitation" ou "l'incompétence" des poseurs de questions qui fâchent.

C'est la méthode Coué de celui qui sait, qui fait, qui tait, en bref de celui qui est le maître !

Écoutez le journal de 8 heures du 26 janvier de France Bleu Auxerre. L'info commence à 1 minute 05 après le début du journal.
A voir aussi le blog Der Agobian qui a sorti l'info.

ΣYPIZA

Syriza

 

LA "CERISE" SUR LE GÂTEAU

   

La "cerise" ("traduction" très libre, excusez-moi) est posée, il manque le gâteau à fabriquer dans le reste de l'Europe.

La Grèce qui a inventé les fondements (ou en tout cas les mots) de la démocratie vient d'exprimer les bases d'une Europe renouvelée.

Dans cette Europe établie depuis 1951 sur des fondements économiques (CECA - CEE) et libéraux (traité de Lisbonne) et qui est allé au bout de sa logique (négociation du TAFTA) avec les conséquences que les pays européens éprouvent (troïka, déflation, décroissance, austérité, désamour...), le vote grec est encourageant :
     - parce que les Grecs ont su refuser les sirènes nationalistes, racistes et autoritaires du parti d'extrème-droite Aube Dorée dont l'émergence aux dernières élections se trouve bloquée.
     - parce que les Grecs ont sanctionné les partis institutionnels qui se partagent la Grèce depuis 1945 (du moins quand les militaires ne dirigeaient pas une dictature) : la droite et sa politique déclarée de soutien à l'austérité, la gauche socialiste avec son discours à gauche et sa politique de coalition à droite.
     - parce que les Grecs donnent leur chance à un rassemblement de forces authentiquement à gauche et dont les discours et les objectifs savent s'adapter à la vie réelle du pays et de ses alliances tout en conservant sa rigueur théorique.

Alors pour nous, en particulier pour ceux dont l'Idéal se trouve à Gauche (toutes tendances confondues), il faut qu'en France nous apportions notre touche à cette Europe renouvelée qui doit se construire démocratique, sociale, écologique, solidaire, laïque, libre, égalitaire et fraternelle, parce qu'il existe d'autres façons de sortir de la crise financière (voir par ailleurs l'Islande en 2008) illégitimeillégitime qui nous écrase et pour éviter à la Grèce les dérives du type cubain ou les échecs du type chilien.
D'abord par un soutien aux changements demandés par Syriza dans le fonctionnement européen et ensuite par une traduction électorale en France en soutenant les rassemblement se réclamant de convergences avec Syriza. Ce besoin d'une Europe renouvelée sera notre meilleure réponse aux forces obscurantistes qui nous menace.

Les dissidents reprennent la parole

Pour répondre aux bruits répandus en ville, les dissidents, ou plutôt le groupe "Pour que vive la démocratie à Villeneuve-sur-Yonne" a distribué un tract ce week-end dans les boîtes aux lettres de la ville.

Ils y expliquent 5 des raisons qui les ont poussés à quitter le maire et ses pratiques.

Ils y précisent l'adresse électronique où l'on peut les joindre : "pourquevivelademocratie@gmail.com"

Tract des dissidents decembre 2014tract-des-dissidents-decembre-2014

Le maire a aussitôt répondu par un tweet (dimanche 14/12/14 16h) Reponse tractreponse

 

LE DIALOGUE COMPETITIF

Tout d'abord, il y a celui qui y songeait ==> Dauphin playmobil1 ici

Ensuite, il y avait celui qui en rêvait ==> Dauphin boulleaux 32 ici

Puis, ça s'est fait ==> Dauphin boulleaux 43 ici

Bien sûr, ça se passe comme ça ==> Dauphin boulleaux 14 ici

Mais de toute façon, pour les villeneuviens, le résultat sera celui-là ==> Dauphin boulleaux 25 ici

Les dissidents s'expriment

C'est au tour des 8 dissidents de s'exprimer publiquement sur le ralliement Dauphin qui permet au maire de retrouver, espère-t-il, une majorité au conseil. (==> Yr 07 11 14 ayonne républicaine du 07-11-14.)

Les dissidents regrettent une ouverture à l'opposition et une fermeture à l'(ex)majorité. Mais ils ne remettent pas en cause la politique du maire, seulement sa manière de gouverner.

Quand comprendront-ils que forme et fond sont interdépendants et que l'on ne peut avoir une bonne politique sans avoir une gouvernance exemplaire ? Quand admettront-ils que la forme autoritaire et autocratique n'est que la manifestation d'une absence complète d'idées politiques et d'une course au "coup" payant électoralement.
Cette absence de ligne, de souffle m'était apparue flagrante lors des élections cantonales, au moment où j'avais refusé de signer la lettre de soutien œcuménique au maire et que j'avais soutenu un candidat à la ligne politique claire à défaut d'être consensuelle. (voir mon précédent blog ==> ici dans la deuxième partie du billet).
La réaction du maire avait consisté en un règlement de comptes  dont les arguments préfiguraient ceux employés aujourd'hui contre les dissidents (paresse, incompétence, non-implication...) et reproduisaient ceux déjà utilisés quelques années auparavant contre d'autres adjoints encombrants. En effet, il ne pouvait y avoir de débat de fond, le maire n'en n'ayant pas (de fond, bien sûr) et ne pouvant donc pas en débattre. Quand on n'a pas de fond on attaque la forme !

Il y a d'autres manières de conduire la vie d'une ville (==>ici et ==> ), d'aucuns feraient bien de s'en inspirer.

Communiqué "Autre choix" du 6/11/14

La liste "Un autre choix pour Villeneuve" vient de faire paraître sur sa page Facebook (ici) un communiqué à la suite du "ralliement" de Jean-Luc Dauphin dont voici le texte :


Un autre choix pour Villeneuve

 
Un autre choix pour Villeneuve ? Plus que jamais d’actualité…

Notre Conseil Municipal n’est pas en belle forme. L’enthousiasme majoritaire qui présidait à son installation a été cabossé ; les échos dans la presse ont intrigué la population : huit dissidents se sont révélés déçus du mode de fonctionnement et des pratiques du Maire.

Ce remue-ménage, l’opposition ne s’en réjouissait pas, ne s’en désespérait pas ; mais envisageait tout de même que ces déchirements pourraient conduire à nouveau aux urnes pour une élection de clarification. La gestion de notre commune ville n’en aurait pas été « bloquée » pour autant.

Le Maire, lâché par ses troupes et en sérieuse difficulté pour reconstituer une majorité a trouvé un allié contre toute attente. Moyennant une écuelle d’adjoint, voire plus, Jean-Luc DAUPHIN a choisi une alliance contre nature (quand on a un peu de mémoire de la vie politique locale) en pactisant avec Cyril BOULLEAUX.

Il aurait bien aimé tirer dans son sillage un ou deux membres de l’opposition, ses anciens colistiers, en leur faisant miroiter un « petite délégation » à négocier. Le sucre d’orge pour soigner une entorse morale n’a pas eu d’effet. Le groupe a souhaité rester fidèle à l’engagement antérieur pris devant les électeurs lors de la toute récente campagne de mars dernier.

Que va-t-il penser cet « électeur moyen » celui qui s’intéresse à la vie de sa commune ? Que va-t-il penser de tous ces entrechats qui lui brouillent la cadence d’une équipe municipale sans choix clairs ? Que va-t-il penser des renoncements, des reniements qui servent de béquille à l’un et à l’autre ? Au pays des élus, est-ce donc toujours blanc-bonnet, bonnet-blanc ? Comment va-t-il juger ce déni de démocratie et ce jeu d’intérêts personnels ?
    
Fini l’emprunt toxique tellement vilipendé, fini le temps de la détestation et des critiques empoisonnées ! Nos Maires -l’ancien et le nouveau- roulent pour nous. En fait, même au nom de l’intérêt de Villeneuve et de son rayonnement économique et culturel, ils nous roulent !
 

TOUTES HONTES BUES

Jean-Luc Dauphin aurait annoncé sa décision de rejoindre Cyril Boulleaux comme maire-adjoint à la culture.

Les délicieux et mortifères jeux politiques, qui ont conduit à l'éclatement de la IVe République et à l'avènement du coup d'état permanent qu'est la Ve République, s'en donnent à cœur joie à Villeneuve.

Les électeurs de l'opposition retrouvent un de leurs élus dans la majorité,
les électeurs de la majorité retrouvent 8 de leurs élus dans l'opposition
et l'ensemble des citoyens voient celui qui avait cristallisé il y a 14 ans le rejet de la politique clientéliste marcher main dans la main avec ledit politicien.

Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ! Se maintenir ou revenir au pouvoir mène à tout ! Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !

Et l'on s'étonne du discrédit des politiques, et l'on s'étonne du succès de certaines forces obscurantistes, et l'on s'étonne de la violence qui régit la société ! Qui pourra croire ces "décideurs" dans leurs promesses quand ils sont incapables d'avoir une once de respect pour des idées ?

    

playmobil & cetace

    

Mais bien sûr, tout cela est "dans l'intérêt des villeneuviens" pour l'un et "pour l'intérêt supérieur de Villeneuve" pour l'autre. Alors comment se fait-il qu'après 20 ans de pouvoir à eux 2, il y ait encore autant de soucis en ville ?

GÉOGRAPHIE NOUVELLE

La dérive des continents a encore sévi

  

Nouvelle geog conseil

GÉOGRAPHIE

Étant donné que le site municipal met un certain temps (pour ne pas dire un temps certain !) pour se mettre à jour, voici un petit aperçu du nouveau visage du conseil municipal :

Nouvelle géographie du conseil municipal

Au rythme actuel des départs, le maire ne sera plus majoritaire dans 6 mois et se retrouvera tout seul dans 18 mois...

FISSURE

Napoléon de chef-lieu de canton

Merci Pierrot le piaf, tu as tout élu-CID-é pour nous !

erratum : en fait c'est dix-sept le nombre de restants (5 départs pour 22 membres de la "majorité municipale"). Il va falloir faire attention aux présents en séance car la majorité absolue est à 15.

EUROPÉENNES

Sans surprise mais non sans consternation, voilà les résultats de Villeneuve sur Yonne (Resultats europeennes 2014ICI)

Cependant, la lecture des chiffres de vote (et non des pourcentages) permet de nuancer l'affliction. Depuis le premier tour des présidentielles (ICI), on constate non pas une progression du Front National mais une chute des autres partis :

Comparatif

Alors, cette "victoire" bleu marine n'est que le résultat de la fuite des électeurs dans l'abstention.

A méditer :

Comme il se peut faire que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a puissance que celle qu’ils lui donnent ?

Chose vraiment étonnante — et pourtant si commune qu’il faut plutôt en gémir que s’en ébahir -, de voir un million d’hommes misérablement asservis, la tête sous le joug, non qu’ils y soient contraints par une force majeure, mais parce qu’ils sont fascinés et pour ainsi dire ensorcelés par le seul nom d’un, qu’ils ne devraient pas redouter — puisqu’il est seul — ni aimer — puisqu’il est envers eux tous inhumain et cruel.

Or ce tyran seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni de l’abattre. Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à sa servitude

Ce sont donc les peuples eux-mêmes qui se laissent, ou plutôt qui se font malmener, puisqu’ils en seraient quittes en cessant de servir. C’est le peuple qui s’asservit et qui se coupe la gorge ; qui, pouvant choisir d’être soumis ou d’être libre, repousse la liberté et prend le joug ; qui consent à son mal, ou plutôt qui le recherche...

Étienne de La Boétie
Discours de la servitude volontaire
1549

ILLIKO

Illiko

Nous reviendrons dans un autre billet sur les chiffres des européennes à Villeneuve, mais une première réaction à chaud pour lancer la discussion.

Nous sommes en plein dans l'ère du je gratte et je change, je fais confiance au hasard et j'essaie de gagner le gros lot. Plus de place pour la réflexion, l'effort ou la constance. J'ai essayé l'un, puis l'autre et pourquoi pas celui-ci ou celui-là. Je n'obtiens pas tout ce que je veux, alors je pars à l'aventure.

Et que dire de ceux qui essaient de coller à ces vagues, ces flux et ces reflux, qui changent de programme en fonction de ce que veulent les électeurs.
Non la politique ce n'est pas suivre les tendances du marché, c'est proposer, c'est éduquer, c'est persévérer pour amener l'électeur à ses vues et ses propositions. Pour l'avoir oublié, les grands partis et leurs démagogies sans principes, ouvrent une large voie à un sinistre remake de temps sombres et honteux.