voeux

BOULOTHON et voirie

Durant les voeux, le maire a annoncé la future élaboration d'un plan pluriannuel de travaux de voirie. Il a cité en particulier la rue du Puits d'Amour. Je n'ai pas résisté au plaisir de faire une petite prospective

.

Il est difficile d'être constant quand la seule recherche des voix des électeurs mène la "pensée politique" !
Il est difficile de ne pas être ridicule quand la politique de l'autruche sert de fil rouge à la politique communale !

BOULOTHON la suite

Je lance un appel solennel
à tous les villeneuviens

¡ ENVOYEZ VOS DONS !

pour permettre au maire de Villeneuve
de résoudre tous ses problèmes
afin qu'il ne fasse plus de tweets aussi ridicules que ceux-là.

Aveuglement maire

Vos dons
serviront à lui offrir une séance chez l'ophtalmologiste
et un passage chez l'opticien
pour l'achat d'une paire de lunettes
réellement adaptées à sa vue
.

En prime,
une fois sa vue corrigée,
il pourra
enfin
régler sa prothèse auditive
qui est vraisemblablement en position amplification maximum.

Pour rendre réel et efficace votre don
imprimez cette page
découpez le bon ci-dessous
puis envoyez-le à :

Monsieur le maire de Villeneuve-sur-Yonne
Hôtel de ville
99 rue Carnot
89500 Villeneuve-sur-Yonne

ou bien déposez-le
dans la boite aux lettres de l'Hôtel de ville
cour de l'Europe

Bon

tout commentaire d'accompagnement sera le bien venu

OUI JE LES VEUX

LES VOEUX DU MAIRE !!!

On démarre avec beaucoup de retard, "on" devait sûrement attendre que le public remplisse enfin la salle.

D'abord le diaporama : rien à dire, traditionnel, photos floues, musique vaguement en rapport, présence régulière du maire, plus inattendus les anciens adjoints à l'époque où ils "ne travaillaient pas", et puis abondance des photos des affiches annonçant les évènements (auto-célébration de la publicité ou absence de photos montrant le succès ?).

Ensuite arrivée du maire au pupitre avec sa garde de personnalités (sénateur, sous-préfet, gendarme ...) debout en rang d'oignon derrière lui, mais pas un seul adjoint en exercice (pourquoi ? ils font tache, ils ne sont pas assez bien pour la haute personnalité du conférencier, il a peur de les montrer en ne sachant pas lesquels seront encore là la semaine prochaine ou bien les a-t-il déjà usés).

Enfin discours. Comment dire... conforme aux attentes, catalogue des hauts-faits du passé, prévisions loufoques -- les mêmes que les années précédentes (rues refaites, aménagement des hameaux, église, théâtre...) -- et puis l'antienne habituelle sur les méchants opposants qui s'opposent, les dissidents qui dissident, et que la vie serait bien plus belle si tout le monde était d'accord, et puis "Je suis Charlie" pour l'aider.
Mais rien sur l'emprunt toxique et l'envolée du franc suisse, rien sur l'avenir qu'il envisage pour sa "majorité"... (Au fait le duc de Raguse va bien, il s'est bien montré, à l'aise avec les invités de marque, loin de la foule, à sa table, rond de jambes et petit four).
La stabilité des impôts ? Tout à la fin, en trois mots, que ça ne marque pas trop les esprits, des fois qu'il y ait marche arrière.

Là-dessus, hésitation, distribution de nourriture ou de médailles ? Il se tâte... "si médailles, ils vont tous fiche le camp, déjà que c'était un peu vide et qu'ils commencent à se lever... non musique, boisson et nourriture, ils vont sûrement rester pour se remplir. Ah ! ben non, ils s'en vont quand même. Vite, je te plante le sénateur et le sous-préfet et je te fonce dans la salle essayer de les racoler. Zut de zut, y'a Frassetto qui m'alpague et qui me remonte les bretelles, je te tente de détourner la conversation sur le photographe, ah non ! elle s'accroche et elle me vide son sac. Bon c'est fini, je vais te tenter de rattraper les autres... Flûte de zut, y'a plus que les copains et les familles des médaillés... No problème, un tweet et je t'arrangerai ça..."

Comme je ne suis pas de la famille, je suis parti à ce moment. Pour la suite, il faudra faire confiance aux souvenirs du maire et à ses déclarations.

reportage en images dans l'album photo à la rubrique montages (en haut à gauche dans le menu ou ici)

C'est pas du boulot !

Monsieur le maire, je me permettrais -- bien qu'individu plus que paresseux, persifleur et opposant systématique comme vous vous plûtes à le dire et à le répéter -- d'essayer de vous venir en aide pour la rédaction de votre discours des voeux 2015.

Vous devriez commencer par dire que votre majorité a subi une rude épreuve et qu'elle est bien chancelante, ne tenant que d'un fil, et qu'elle ne perdure que par l'obstination du canard avançant bien que décapité, dans les derniers soubresauts d'une agonie qui ne pourra durer encore 5 années.

Vous devriez continuer en disant que votre légitimité n'est qu'une façade puisqu'un tiers de vos colistiers, qui représentent tout autant que vous vos électeurs, vous désapprouvent et que vous ne perdurez que grâce à l'appoint d'un homme élu pour vous combattre et qui vous tient par les ... car il reste le seul électron libre de votre majorité.

Vous pourriez ensuite dire que si rien ne se fait en ville, c'est par la faute de la municipalité précédente (oui, celle de JL Dauphin) qui a laissé l'église sans entretien.

Vous ne manqueriez pas de nous exhorter à nous resserrer autour de votre modeste personne, seul capable de prendre en mains les destinées grandioses de notre ville qui a bien tort de se préoccuper bêtement de sa voirie, de ses services publics tirés à hue et à dia, de ses commerçants qui ferment, de l'exode de ses jeunes diplômés, de l'accroissement de son âge moyen et ...

Là, présentement, provisoirement, j'ai un trou, mais je suis sûr que vous, mes fidèles lecteurs, vous allez lui en fournir des idées pour l'aider notre maire, notable pragmatique, soucieux des intérêts communaux, sans a-priori ni "dogmatisme", et surtout maître-démocrate, élu à gauche et gouvernant au centre en filant vers la droite (tant qu'à ratisser large...) (c'est le rad-soc de la 3e république : comme le radis il est rouge dehors, blanc dedans) pour qu'il puisse nous endormir tout au long de sa cérémonie d'auto-congratulation.

Alors à vos claviers, soyons force de proposition, sauvons le soldat Boulleaux ! Allez les petits ! (tais-toi Roger)