CM 24/09/14 compte rendu

Et voilà le conseil municipal qui devait apporter les clarifications après les remous a tourné en "eau de boudin".

Le présent compte-rendu va être ponctué par les enregistrements de la deuxième partie du conseil. Les enregistrments ne sont pas d'une grande qualité, ils ont été effectués depuis le public qui fut parfois bruyant. Les seules parties supprimées sont celles inaudibles.

Il a fallu attendre plus d'une heure et demi avant que le sujet soit abordé. Et encore ce n'est que grâce à l'intervention de l'opposition que le débat s'est lancé car, ni le maire, ni sa dissidence n'avaient osé aborder le sujet. La séance était pratiquement levée quand Madame Frassetto, tête de liste de "Un autre choix pour Villeneuve", a levé le lièvre.

Les inquiétudes de Madame Frassetto : 

01 cm 24 09 201401-cm-24-09-2014.mp3     Frassetto 

  

La réponse de Monsieur Boulleaux s'est articulée en 3 parties.
D'abord il répond à l'opposition "mélez-vous de ce qui vous regarde", les affaires de la "majorité" ne concernant personne d'autre que lui-même : 

 02a cm 24 09 201402a-cm-24-09-2014.mp3     Boulleaux

  

ensuite il s'enflamme sur la défense de la vie privée, chose dont personne n'a jamais parlé, que ce soit en séance, dans la presse ou ailleurs :

02b cm 24 09 201402b-cm-24-09-2014.mp3     Boulleaux

  

et il conclut par une déclaration, toute en allusions, sur son absence de rancune mais sa grande mémoire et par une offre de reprise des dissidents :

02c cm 24 09 201402c-cm-24-09-2014.mp3     Boulleaux

  

Madame Frassetto lui répond en le mettant face à ses contradictions et en particulier en l'interrogeant sur ses pratiques "démocratiques" :

03 cm 24 09 201403-cm-24-09-2014.mp3     Frassetto

  

Puis c'est au tour de Madame Naze (maire adjointe dissidente) de s'indigner de la teneur des propos de Monsieur Boulleaux :

04 cm 14 09 201404-cm-14-09-2014.mp3     Naze

  

Monsieur Kaspar (premier adjoint démissionnaire) prend à son tour la parole dans le registre de l'analyse de la situation de la ci-devant majorité, en particulier en retournant contre le maire son discour sur le respect de la vie privée, notant que le maire avait attaqué ses adjoints et que c'était la cause première de sa démission :

05 cm 24 09 201405-cm-24-09-2014.mp3     Kaspar

  

Vient ensuite la rafale des thuriféraires incandescents du maire qui vont se succéder. Il y a d'abord Monsieur Cauchy, dans le rôle du Fouquier-Tinville de service :

06 cm 24 09 201406-cm-24-09-2014.mp3     Cauchy

  

puis Madame Bohler dans un registre nettement moins politique :

07 cm 24 09 201407-cm-24-09-2014.mp3     Bohler2

  

et enfin un conseiller (je n'ai pas pu reconnaître sa voix) tout en soutien godillot :

08 cm 24 09 201408-cm-24-09-2014.mp3     Smurfharmony

   

Intervient ensuite Monsieur Dauphin (liste "Un autre choix pour Villeneuve") qui recadre le débat en exprimant regrets et souhaits sur la gouvernance communale :

09 cm 24 09 201409-cm-24-09-2014.mp3     Dauphin

  

Monsieur Boulleaux tente de reprendre la main en restant droit dans ses bottes, en tentant d'impliquer l'opposition dans ses pratiques mais en tournant en rond entre attaques personnelles et réaffirmation du rôle proéminent du maire pour finir par se rassurer en énumérant ses soutiens, en brandissant la menace des tribunaux et en revenant une fois de plus sur le respect de la vie privée :

10 cm 24 09 201410-cm-24-09-2014.mp3     Boulleaux

  

Monsieur Kaspar intervient à nouveau et se livre à un exercice d'autocritique tout en sincérité qui souligne, en creux, l'absence de toute remise en cause de la part du maire et, montre ce que serait un maire qui ne se prendrait pas pour"le phoenix des hôtes de ce bois" :

11 cm 24 09 201411-cm-24-09-2014.mp3     Kaspar

  

Monsieur Der Agobian (tête de liste de "VSY 2014") prend la parole et expose, dans un exemple concret, en quoi la pratique municipale est méprisante pour l'opposition. Le maire lui répond, à son habitude, par un "noyage de poisson" sur des points de détail en oubliant le fond :

12 cm 24 09 201412-cm-24-09-2014.mp3     Der agobian

  

 Le maire conclut la séance en se délivrant un satisfecit sur sa gestion, son équipe et l'importance de sa présence pour la ville :

13 cm 24 09 201413-cm-24-09-2014.mp3     Boulleaux

  

A la sortie de la salle, il ne semblait pas que ni le public, ni les opposants, ni les "dissidents" eussent été convaincus par la prestation du maire. Le maire semble être dans sa tour d'ivoire, au milieu de ses courtisans inconditionnels, en plein déni de réalité, croyant sans doute que les choses vont s'arranger parce qu'il le veut, parce qu'il le croit.

Les nouvelles du mardi 30 septembre, avec l'annonce de la constitution d'un groupe des dissidents (8 en tout), parviendront-elles à le ramener sur terre ? Si on fait les comptes, cela nous fait 2 conseillers pour VSY 2014, 5 conseillers pour Un autre choix, 8 conseillers dissidents et seulement 14 conseillers pour la défunte majorité : il n'y a plus de majorité au conseil. Le maire est à la merci de chaque vote.

Par ailleurs, le fait de ne pas avoir purgé la situation le 24, mais pouvait-il prendre ce risque car les Rubicons se franchissent plus facilement quand on est au pied du mur, le met dans une situation institutionnelle très dangereuse. Il se dit qu'un prochain conseil serait convoqué (ou du moins largement suggéré) par le Préfet car si le maire peut retirer les délégations, la fonction d'adjoint ne peut être enlevé que par un vote du conseil. Il deviendrait alors très intéressant de voir comment il pourrait faire une liste d'adjoint sans avoir de majorité et comment il pourrait continuer à administrer la ville avec 5 adjoints hostiles ...

On pourrait en rire, mais Villeneuve souffre de la gestion électoraliste de Monsieur Boulleaux et ce n'est pas la situation actuelle où l'on va de Charybde en Scylla qui va arranger les choses. Il veut refaire la voirie, que ne l'a-t-il fait plus tôt au lieu de leurrer la population par des dépenses de m'as-tu vu ? Il veut baisser les impôts, il eut mieux valu ne point les augmenter pour pallier l'emprunt structuré en francs suisses pour lequel il préfère parler entre amis plutôt que d'appeler au secours.

  

Post Scriptum : il a été tout à fait révélateur de la pratique démocratique du maire ce petit moment de la première partie du conseil :
Monsieur Bouleaux propose un rabais de 20% d'impôts (page 10 du compte-rendu municipal). Monsieur Dauphin propose qu'afin de favoriser l'emploi, ce rabais sur les entreprises soit porté à 50%. Monsieur Cauchy, tel l'adjoint aux finances qu'il n'est pas (pas encore), monte au créneau pour dire pis que pendre sur cette réduction outrancière. A peine a-t-il terminé, que Monsieur Boulleaux (qui a besoin d'une certaine neutralité de l'opposition, elle eut demandé Mars qu'il aurait accordé la Lune) accorde royalement 30%. Monsieur Cauchy a du avaler son chapeau et la couleuvre qu'il contenait !
Au-delà du gag du visage déconfit de l'adjoint, l'incident est typique de la gouvernance Boulleaux : tout passe par lui et tout dépend de sa volonté à lui personnelle (je sais c'est un pléonasme, mais dans ce cas précis, il n'est pas suffisant quand même à décrire la pratique). La concertation, comme l'opposition, c'est bien, mais seulement quand tout le monde est d'accord avec lui ! Dans le cas contraire c'est de l'obstruction destructrice ! (il n'est que de réécouter sa réponse à Monsieur Der Agobian).

Villeneuve-sur-Yonne conseil municipal

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. JM 01/10/2014

Tout cela n'est pas très clair, beaucoup d'allusions, très peu de concret ... les délégations retirées ont-elles été redonnées ? On parle de choses graves faites par les dissidents et on leur propose de revenir ? Je ne comprend pas tout ! Je n'ai pas pu assister au conseil, merci pour ces quelques extraits M.JOIE

joiealain

joiealain Le 01/10/2014

La situation est confuse mais la réglementation est claire : les maires adjoints ont été élus par le conseil municipal et seul le conseil peut, par un vote, leur retirer ce titre. Par contre les délégations sont données par le maire et il peut donc les leur retirer quand bon lui semble. Dans la situation actuelle, le maire devrait demander un vote au conseil pour les déchoir, mais, en position de minorité (14 voix contre 15 aux oppositions) il ne serait pas maître du jeu. Par contre, il peut continuer ainsi indéfiniment (du moins jusqu'aux prochaines élections) avec 5 adjoints inoccupés et le travail réparti entre des conseillers municipaux favorables. La seule échéance réelle pour un maire est le vote du budget, s'il est mis en échec, soit il démissionne, soit le préfet prend la situation en main. Il peut se contenter (au dépens de la ville) de gérer la ville à coup de décisions prises dans le cadre des délégations qu'il s'est généreusement fait accorder par le conseil en début de mandat et pour lesquels il n'est tenu qu'à un devoir d'information au conseil (pas de vote). Donc la prochaine échéance impérative est le vote du budget en mars-avril 2015, d'ici là il peut gérer à la petite semaine, mais sans aucune opération d'envergure pour lesquels il faut un vote du conseil. Nous voilà de retour à la IIIe République et à ses jeux d'alliances temporaires obtenues à coup de cadeaux (voir au conseil la tentative vers le groupe de Madame Frassetto avec le geste des 30%) ...

joiealain

joiealain Le 01/10/2014

Pour ce qui est des délégations réoffertes, elles ont été refusé par Madame Naze très clairement et de manière implicite par Monsieur Kaspar durant le conseil, et la constitution d'un groupe autonome (Yonne républicaine le 30 septembre) répond non de manière tranchée.

2. JM 02/10/2014

Merci pour ces éclaircissements !

Ajouter un commentaire